Bague de fiançaille et solitaire diamant, votre bague diamant, or jaune ou blanc, pour des fiançailles étincelantes

Livraison gratuite - Satisfait ou remboursé - Payable en 4x

Votre panier est vide.

  • Achat sécurisé
  • Jusqu’à 3 ans de garantie
  • Livraison express
  •  01 56 90 43 43
  • 7j/7 de 8h30 à 22h appel non surtaxé

Les fiancailles et la tradition juive


Dans la tradition juive


Dans la religion judaïque, le mariage est fortement réglementé. En effet, les pratiques rituelles sont nombreuses et la tradition est présente à chaque étape. Pour le peuple juif, le mariage est un évènement fondamental dans la vie de chaque être. La manière dont vous préparez votre mariage conditionne votre vie à deux.


Au sens judaïque, le mariage est un acte religieux de sanctification et d'élévation. Devant l'Éternel et la communauté d'Israël, un homme et une femme acceptent de vivre ensemble dans l'amour et le respect mutuel. Ils prennent aussi l'engagement de fonder une famille et de transmettre à leur descendance les valeurs traditionnelles. Le couple est alors comparé à un autel de sainteté. Tous ces rites expriment à l'aide de gestes, de symboliques et de versets, le sens profond de l'union d'un homme et d'une femme. Le couple juif doit aussi se plier à un certain nombre d'obligations qui se créent automatiquement entre les époux. Ces obligations relèvent notamment de la pratique religieuse, des obligations morales et des obligations pour l'homme de protéger sa femme. Selon la loi juive, trois devoirs incombent au mari : nourrir et vêtir sa femme et la satisfaire au niveau des rapports conjugaux. Pour que deux personnes juives se marient, ils doivent d'abord faire de nombreuses démarches même s'ils ont décidé de ne pas se marier religieusement dans leur pays de résidence (certaines personnes décident d'aller se marier ailleurs). Ces démarches sont requises pour reconnaître devant la loi juive que les deux personnes sont aptes à se marier. Pour célébrer un mariage juif, il faut aussi que les deux personnes prouvent leur judéité. Pour cela, le rabbin examine leurs extraits d'acte de naissance, l'acte de mariage des parents (appelé kétouba), le livret de famille des parents et le livret de famille des mariés.

Le rabbin qui va officier lors de la cérémonie doit être contacté environ trois mois avant le jour J. Avant le mariage, un couple juif doit suivre plusieurs cours qui portent sur la vie de couple. Ces cours, donnés par des personnes reconnues pour leur piété, visent à éclairer les deux fiancés sur les questions de la pureté familiale (Niddah), l'éducation des enfants ainsi que de beaucoup d'autres choses qui leur seront utiles pour les débuts de leur vie à deux. Dans la religion juive la question de la Niddah est très importante. Environ deux mois avant la cérémonie, les deux époux doivent étudier dans le détail et auprès d'un rabbin ces lois. Il s'agit de règles qui régissent les rapports entre le mari et la femme et séparément. Quand le cycle des cours obligatoires est terminé, la jeune femme est autorisée à se rendre, la veille de son mariage, au bain rituel (Mikvé). Les juifs d'Afrique du nord ont pour coutume de faire de cette soirée une véritable fête. Les femmes (souvent les plus proches) se retrouvent au Mikvé et célèbrent cette soirée. Ils mangent des gâteaux orientaux, boivent du thé, dansent et chantent pendant que la mariée se trempe dans le bain rituel et prononce une bénédiction. Selon la tradition juive, l'alliance doit être d'argent ou d'or pur. Sa forme doit permettre d'en évaluer le poids. Ce bijou doit être la propriété personnelle effective et déjà payée de l'homme et non pas une bague qui serait déjà celle de la jeune femme ou de quelqu'un de sa famille. Le marié doit prononcer une bénédiction. Si les deux ou l'un des deux ne comprend pas l'hébreu, l'homme peut la dire dans sa langue car il faut absolument comprendre tous les termes de l'engagement. Au terme de cette prière, l'époux fait don de l'alliance dans un contact direct de main à main, et sous le regard des deux témoins présents (la façon de donner ou mettre sur le doigt peut varier selon les communautés). A partir du moment où la mariée reçoit cette bague, elle ne doit en aucun cas l'ôter. Elle n'est pas non plus en droit de dire un mot. Généralement la bague est placée sur l'index de l'épouse qui tend le doigt et le montre.


L'équipe "Bague de Fiançailles"