Bague de fiançaille et solitaire diamant, votre bague diamant, or jaune ou blanc, pour des fiançailles étincelantes

Livraison gratuite - Satisfait ou remboursé - Payable en 4x

Votre panier est vide.

  • Achat sécurisé
  • Jusqu’à 3 ans de garantie
  • Livraison express
  •  01 56 90 43 43
  • 7j/7 de 8h30 à 22h appel non surtaxé

Les Fiançailles et la tradition musulmane


La tradition musulmane


Vous desirez offrir une bague de fiancaille à votre bien aimée? Elle est musulmane et vous voulez mieux connaitre les traditions liées au Fiançailles et au mariage dans cette religion ?


"Bague de fiancailes" vous propose ce complement d'information:


Dans la tradition musulmane, les fiançailles se distinguent clairement du mariage. C'est une célébration qui constitue un réel engagement vis-à-vis des deux familles respectives. Les Fiançailles constituent une introduction à la vie à deux qui marque une promesse de mariage. La tradition établit une différence entre le fiancé et l'homme marié. Les fiançailles ne sont rien de plus qu'une promesse qui met en cause la parole de l'homme qui fait sa demande. Cet engagement solennel implique des droits, des devoirs mais aussi une relation complète entre les deux êtres et un amour sincère. Les fiançailles, même s'ils constituent un engagement, ne sont qu'une promesse de mariage. Elles ne donnent donc aucune autre prérogative au fiancé que celle de « réserver » sa fiancée, de sorte que personne d'autre ne peut demander sa main. Une femme est considérée comme étrangère, juridiquement parlant, pour son fiancé tant qu'ils ne sont pas mariés. Elle ne devient sa femme que par un contrat de mariage établi en bonne et due forme ; le pilier fondamental du mariage est celui de la demande et du consentement, c'est une chose bien connue dans la tradition. Tant que le contrat de mariage n'a pas été signé, le mariage, aux yeux de la tradition et de la Shari`ah, n'est pas validé et le fiancé n'est toujours pas autorisé à rester seul avec sa bien-aimée. Il n'a pas le droit non plus de voyager avec elle à part si un membre de la famille (avec lequel tout mariage est impossible) les accompagne. Lorsqu'un Musulman a l'intention de demander une femme en mariage, il lui est permis de la voir avant d'aller plus loin. Ce rendez-vous est possible pour que les deux personnes puissent s'engager dans le mariage en sachant ce qui peut les attendre. Ils doivent pouvoir avoir tout le loisir de se regarder et de créer une complicité, un contact. La tradition explique que l'on peut trouver dans les yeux d'une femme de l'affection et cela peut suffire à comprendre que cette femme est l'élue.

Les pratiques du mariage dans le monde musulman


Une ne fois la bague de fiancaille offerte, passons au mariage....


Au cours de la cérémonie du mariage, les deux expriment, devant les parents des mariés et au moins deux témoins, leur vœu de vivre comme époux. Si les parents de l'un des mariés sont décédés, un représentant sera choisi par l'époux ou l'épouse. L'imam, ou n'importe quel homme choisi pour sa piété, sera rencontré un mois avant la cérémonie, mais cette rencontre n'est pas une obligatoire. La cérémonie de mariage peut être célébrée à la mosquée, dans une mairie (mariage civil) ou au domicile de l'un des futurs mariés, ce qui se fait très fréquemment en Islam.


Les deux époux, ainsi que leurs familles, doivent se mettre d'accord sur le montant de la dot (douaire, « mahr »), que le mari devra donner à sa femme. L'usage veut que le douaire soit évoqué oralement lors de la prononciation des vœux de mariage entre les deux personnes. Par cette somme, l'homme exprime son attachement à sa bien-aimée (c'est un présent). Cela lui permet aussi de témoigner de son engagement dans cette relation (qui n'est pas temporaire mais perpétuelle). C'est aussi une preuve de dévotion et le promesse qu'il va subvenir à ses besoins.


L'imam unie l'homme et la femme en leur demandant à chacun s'ils sont bien d'accord pour vivre ensemble comme mari et femme, rappelle les éventuelles conditions du contrat, conclu avec tous les parties voulues, etc. Il se peut aussi que ce soit les époux eux-mêmes qui prononcent des vœux de vivre ensemble une vie de famille.


Dans certains cas, le mariage est proscrit…


La tradition musulmane prévoit des règles quand au choix de son épouse. En effet, un musulman n'est pas en droit de demander une veuve en mariage durant son délai de veuvage ('iddah). Toutefois, le souhait de se marier peut être évoqué par des sous-entendus et autres suggestions indirectes mais jamais sous forme de proposition directe. De même, un musulman ne peut pas proposer le mariage à une femme qui a déjà été demandée par un autre. Celui qui a reçu une promesse de mariage doit être respecté. Cependant, si les précédentes fiançailles sont rompues, la jeune femme peut être à nouveau demandée à condition qui le premier prétendant donne sa bénédiction. En Islam, l'idée de se marier pour obtenir une quelconque nationalité est absolument proscrite. Au sens de la tradition musulmane, seul un besoin d'union matrimoniale doit être ce qui pousse un couple à se marier.


L'équipe de "Bague de Fiançailles"